la chloroquine guérit des patients

Des études chinoises ont montré que la chloroquine guérit la quasi-totalité des patients

Une lueur d’espoir

Des chercheurs chinois ont mené des essais pour déterminer si la chloroquine s’avère efficace contre le nouveau coronavirus. Le 9 mars, une quinzaine de chercheurs chinois ont publié une étude dans Clinical Infectious Diseases.

Il s’agit d’une expérience réalisée in vitro et non pas sur des malades. Ils affirment que l’utilisation de l’hydroxychloroquine, connue en France sous le nom de Plaquénil, est préférable à celle de la chloroquine, car elle “s’est avérée plus puissante que la chloroquine pour inhiber le SRAS-CoV-2 in vitro”.

Une autre étude chinoise, publiée le 18 mars dans Cell Discovery, a également été réalisée sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine face au Covid-19. Elle estime que ce “médicament a un bon potentiel pour combattre la maladie”.

Toutefois, les chercheurs notent que “cette possibilité attend d’être confirmée par des essais cliniques”, car cette étude aussi n’a pas été réalisée sur des malades du coronavirus. Ils alertent également sur le fait “qu’une utilisation prolongée et une surdose peuvent toujours provoquer un empoisonnement”.

Des résultats mitigés sur des malades

D’autres scientifiques chinois ont également réalisé leur expérience directement sur des malades du Covid-19. Dans un article publié le 6 mars par le journal de l’université du Zhejiang, une quinzaine de chercheurs s’intéressent à 30 patients atteints du Covid-19.

Sur ces patients, la moitié ont pris de l’hydroxychloroquine. Au bout de sept jours, 13 des 15 patients qui suivaient ce traitement ont été testés négatifs, c’est-à-dire que le coronavirus a disparu de leur organisme.

Concernant le groupe qui n’a pas ingéré d’hydroxychloroquine, 14 des 15 patients n’étaient plus atteints du Covid-19 à la fin de l’expérience. Les malades des deux groupes ont mis approximativement le même temps pour guérir. “Une étude de plus grande taille d’échantillons est nécessaire pour étudier les effets de l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19”, concluent les chercheurs.

C’est pour cette raison que des études de plus grande envergure ont été lancées. L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a lancé dimanche 22 mars un essai clinique européen baptisé Discovery. Il a pour objectif de tester quatre traitements, dont l’hydroxycholoroquine, sur 3 200 patients, dont 800 cas graves en France.

Des résultats sont attendus dans les prochaines semaines. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé a lancé un vaste essai clinique international, et rappelle que, pour l’instant, le nombre de malades du Covid-19 ayant eu recours à la chloroquine est trop faible pour en tirer des conclusions.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *