Home / Actualité / Embuscade meurtrière contre l’armée, lourd bilan

Embuscade meurtrière contre l’armée, lourd bilan

Aucune revendication de l’attaque

Pour l’instant, il n’y a aucune revendication. Mais on sait qu’il s’agit de la zone d’influence du groupe État islamique au grand Sahara (EIGS). Dans cette région, aux confins du Mali et du Niger, le mot frontière n’est qu’un concept. Elle n’est pas délimitée et surtout les groupes armés et les terroristes passent d’un côté à l’autre sans aucun problème.

C’est une région où les combattants d’Abou Walid al-Sahraoui sont extrêmement présents, très mobiles et surtout capables d’organiser des embuscades complexes. On se souvient, en octobre 2017, des militaires américains et des soldats nigériens avaient dû affronter près d’une centaine d’assaillants dans de violents combats à Tongo Tongo, à quelques kilomètres du lieu de cette attaque. Quatre militaires américains et cinq nigériens avaient perdu la vie. Il avait alors fallu l’intervention d’avions de chasse et d’hélicoptères d’attaque des Français de Barkhane pour mettre fin à plusieurs heures d’affrontements.

Depuis, la répartition des forces a quelque peu évolué. La force Barkhane s’est en partie redéployée vers Gossi, du côté malien. Mais les soladats américains sont toujours présents avec une base à Ouallam, du côté nigérien.

Mais il n’y a pas que les hommes du terroriste Abou Walid al-Sahraoui qui sont actifs dans cette zone. Ceux du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, très présents au Mali y mènent aussi des opérations. Il arrive d’ailleurs à ces deux entités jihadistes de collaborer ensemble, ils se prêtent des hommes et du matériel pour mener des attaques d’envergure. Difficile pour l’instant d’affirmer que cela a été le cas dans l’attaque perpétrée à Baley Beri.

Source

Vérifiez également

Une dame de 102 ans soupçonnée de meurtre

Une pensionnaire de 92 ans d’une maison de retraite de l’Aisne a été retrouvée morte …