Home / Actualité / La manipulation Macron

La manipulation Macron

Emmanuel Macron le « Gérard Philipe du XXIème siècle » 

Le jeune lycéen était un passionné de théâtre, grâce aux lectures faites avec sa grand-mère et il fréquentait avec assiduité  le club de théâtre animé par une certaine Brigitte née Trogneux.

On sait que les Jésuites, prenant le contrepied de la détestation catholique du théâtre au XVIIème siècle, ont fait de celui-ci à partir du XVIIIème un élément important de la formation  de leurs élèves.

Tel un acteur, il va évoluer

Dire qu’Emmanuel Macron est un excellent acteur n’est pas dans ma bouche une critique. Dans les fonctions sociales d’apparat, le paraître et l’être ne font qu’un. Quelle différence y a-t-il entre jouer le rôle d’un bon président de la République et l’être vraiment ? Aucune. L’ancien président qui, au début de son mandat, était paraît-il un homme fin, a joué au benêt pour paraître simple et proche du peuple et forcément le masque a fini par dévorer le visage, il est bel et bien devenu un benêt. Car tout évolue sans arrêt en ce monde, les personnes, les paysages et même les contours de la géographie. « Le monde est une branloire pérenne » dit poétiquement Montaigne.

C’est ce que je reproche à la plupart de celles et ceux qui critiquent Emmanuel Macron : ils oublient qu’il évoluera forcément. Je parle évidemment des critiques sérieuses, par exemples celles qu’on trouve dans Causeur, pas des élucubrations de la CGT sur la destruction du droit du travail ou des Républicains sur la ruine des retraités par augmentation de la CSG.

Barbara Lefebvre a tout à fait raison de critiquer son discours d’ Oradour-sur-Glane : parler de l’inhumanité des massacres nazis sans faire la moindre allusion aux massacres de l’islamo-fascisme, c’est proprement scandaleux. Mais il faut « contextualiser ce discours » comme disent les cuistres. Avec le nouveau président, nous avons affaire à un excellent acteur doublé d’un jésuite.

Car il serait étonnant qu’un peu de l’atmosphère jésuite qu’on doit respirer au Lycée de la Providence d’Amiens ne soit pas passé dans les poumons du jeune Emmanuel. Là encore, je ne décerne pas de blâme, les Jésuites furent toujours de solides éducateurs, et leur art de la manipulation n’a rien d’un bourrage de crâne soviétique. Beaucoup croient que  l’élection de Macron est le fruit de manipulations extérieures, je crois plutôt que l’élève des Bons Pères n’a pas de leçons à recevoir dans l’art délicat de manipuler les autres.

Source

Vérifiez également

homicide involontaire maire du Var

Ouverture d’une information judiciaire après la mort du maire de Signes

Homicide involontaire Encore des zones d’ombre à éclaircir. Le parquet de Toulon a annoncé mercredi avoir ouvert …